Le développement du microbiote intestinal du nourrisson

Le développement du microbiote intestinal du nourrisson
Partager la conférence sur les réseaux sociaux ou par email :

Les 1000 premiers jours

Les différentes recherchent concernant le développement de l’état de santé ou de l’état pathologique d’un individu ont mis en évidence l’importance d’une période clé : celle des 1000 premiers jours (c’est-à-dire de la conception jusqu’à l’âge de 2 ans).

Pendant cette période, le microbiote intestinal de l’enfant se développe rapidement, en lien avec des facteurs externes : mode d’accouchement, alimentation (allaitement ou non), prise d’antibiotiques…).
Ces facteurs peuvent affecter le développement du microbiote, et conduire à une dysbiose.

Cette dysbiose peut avoir des effets sur la santé à long terme, en favorisant notamment le risque d’allergies ou l’obésité.

Découvrir les différentes influences s’exerçant sur la santé future du nourrisson apparait donc important pour tout futur parent.

 

Les étapes importantes de la modulation du microbiote du nourrisson

Source : The First Microbial Colonizers of the Human Gut: Composition, Activities, and Health Implications of the Infant Gut Microbiota, Milani C. et al, Microbiol Mol Biol Rev. 2017)

Pendant la grossesse : le rôle du microbiote placentaire

Longtemps considéré comme stérile, le placenta de la future maman contient en réalité un microbiote spécifique, composé de bactéries commensales (c’est-à-dire présentes à l’état normal, non pathogènes), se rapprochant fortement du microbiote buccal de la maman1.

Ce microbiote placentaire participe au bon développement du fœtus et est lié au bon déroulement de la grossesse2. Plus spécifiquement, le microbiote du placenta pourrait stimuler les réponses immunitaires du fœtus et influer sur son développement immunitaire pendant la vie fœtale.

A la naissance : la colonisation

A la naissance, c’est toute une armée de micro-organismes qui viennent envahir le tube digestif encore stérile du nouveau-né (le microbiote placentaire n’ayant pas eu un accès direct au fœtus). Ce n’est qu’à l’accouchement que celui-ci est exposé aux bactéries du milieu extérieur, dont celles de la maman lors du passage dans le vagin, mais également celles du personnel soignant présent dans la salle de travail.

Dans le cas d’un accouchement par césarienne, les bactéries maternelles transmises au bébé seront principalement celle de la peau. La césarienne est parfois inévitable, à la fois pour la santé de la maman et du bébé, mais est associée à un risque supérieur de développer ultérieurement des allergies ou un diabète, de par la moindre grande richesse en bactéries colonisatrices qui en découle.

L’alimentation du nouveau-né

Le mode d’alimentation à la naissance revêt une importance de plus en plus documentée3.

Par exemple, certaines bactéries du microbiote du nouveau-né (une fois colonisé par les bactéries de la maman) et en particulier les bifidobactéries, sont génétiquement adaptées pour utiliser certains composés du lait maternel.

Le lait maternel représente l’aliment parfait du nouveau-né. Il contient à la fois des protéines complexes, des lipides et des sucres, leur taux respectifs évoluant tout au long de la lactation pour répondre aux besoins de l’enfant4.

En plus de ses apports nutritionnels, le lait maternel contient une myriade de composés biologiquement actifs, dont le rôle est de guider le développement du système immunitaire et du microbiote intestinal.

Une étude parue dans Nature5 a mis en évidence que les bébés nourris au sein présentent des taux plus élevés de bifidobactéries. Les enfants nés par voie basse présentent également une plus grande richesse microbienne.

Et après le lait ?

L’alimentation, à tout âge mais plus particulièrement lors de la petite enfance, affecte le développement du microbiote.

Ainsi, la diversification alimentaire de l’enfant est le moment d’introduire des aliments dont les bactéries intestinales raffolent : céréales complètes, fruits et légumes riches en fibres, aliments fermentés …

L’environnement de bébé

Une étude de grande ampleur, l’étude CHILD6, a mis en évidence que les facteurs environnementaux modulaient également le microbiote du bébé. Ainsi, les chercheurs de cette étude ont mis en évidence que l’utilisation fréquente (au moins une fois par semaine) de produits détergents dans la maison pouvait altérer le microbiote des enfants et les exposer à deux fois plus de risque de développer un excès de poids.

A l’inverse, la présence d’un animal de compagnie (en particulier les chiens) peut influer positivement sur le microbiote du bébé, et est associée à des taux moins élevés d’allergies et d’obésité infantile.

Des probiotiques adaptés aux bébés

Du fait de l’importance du microbiote intestinal du nourrisson sur sa santé présente et future, des probiotiques spécialement conçus pour les bébés ont été développés afin d’enrichir leur microbiote intestinal. Cela constitue également une réponse adaptée aux mamans n’ayant pas pu accoucher par voie basse ou allaiter, que ce soit par choix ou par contrainte.

Quelles souches de probiotiques choisir pour un nourrisson ?

Les probiotiques destinés aux nourrissons étant spécifiques, le mieux est de s’adresser à un professionnel de santé qui saura vous orienter vers les combinaisons de souches adéquates. Demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien !

Ce qu’il faut retenir

  • Le microbiote du nourrisson peut influer sur la santé future de l’enfant et de l’adulte.
  • Le placenta dispose d’un microbiote, très proche de celui présent dans la bouche de la maman.
  • Le microbiote intestinal du nourrisson est lié à différents facteurs, dont le mode d’accouchement, le mode d’alimentation, ou encore la prise d’antibiotiques.
  • Des probiotiques sont spécifiquement conçus pour enrichir le microbiote intestinal des nourrissons.

Pour aller plus loin :

Vidéo (en anglais) des découvertes de l’étude Child, toujours en cours : https://childstudy.ca/2019/05/16/new-video-the-child-cohort-study-and-a-babys-microbiome/

Nos références

1. The placenta harbors a unique microbiome, Aagaard et al., Sci Transl Med, 2014

2. The developing gut microbiota and its consequences for health, Butel et al., J Dev Orig Health Dis. 2018

3. The First Microbial Colonizers of the Human Gut: Composition, Activities, and Health Implications of the Infant Gut Microbiota, Milani C. et al., Microbiol Mol Biol Rev. 2017

4. Human breast milk : a review on its composition and bioactivity, Andreas et al., Early Hum Dev. 2015

5. Temporal development of the gut microbiome in early childhood from the Teddy study, Stewart et al., Nature, 2018

6. https://childstudy.ca/

Article suivant

Bien comprendre le syndrome de l’intestin irritable

Bien comprendre le syndrome de l’intestin irritable

Mieux comprendre les caractéristiques de ce syndrome et les moyens d’en atténuer les symptômes.

Lire la suite
En continuant, vous acceptez l'utilisation des cookies.
J'accepte
Personnaliser
Titre de la popin

Message de la popin

  • Google Tag Manager

    Google GTM permet d'avoir une analyse complète du trafic sur le site.

Les microbiotes vous intéressent ?Recevez chaque mois des informations santé et les événements du laboratoire PiLeJe par newsletter !